Cluster Covid à SPM : pourquoi un rapatriement ?

Après un report, des semaines de discussions et de préparation, j’ai enfin pu, le 16 janvier, revenir sur l’archipel pour une nouvelle mission dans le cadre de ma thèse.

Pour rappel, ma thèse porte sur l’adaptation au aux effets du changement climatique sur les risques littoraux. Je m’intéresse à l’aspect sociétal de l’adaptation, à la capacité d’adaptation de la population et des institutions. Une thèse avec un prisme très social donc.

Covid et mission ne font pas bon ménage

Mais samedi 23 janvier a été découvert un cluster covid à Saint-Pierre-et-Miquelon. Dimanche, de nouveaux cas positifs ont été détecté et le nombre de cas-contacts a augmenté. Lundi, le taux d’absentéisme dans les établissement scolaires a explosé et la Collectivité Territoriale a décidé de fermer les salles accueillant du public et de mettre ses agents en télétravail pour une semaine.

Source : SPM la 1ère, le 24 janvier 2021

Aujourd’hui, tout le monde sur l’archipel est inquiet des retombées possibles de ce cluster. La population a spontanément adopté des mesures relativement contraignantes pour tenter d’éviter cette situation.

Aujourd’hui, il me semble qu’il y a deux scénarios. Dans les deux cas, je considère que malgré tout, la situation restera sous contrôle et qu’aucun cas grave ne se présentera sur l’archipel.

Scénario 1 : tout se termine vite et bien

Grâce aux mesures adoptées par la population, à la campagne de tests massive, aux mesures préfectorales, le virus est contenu et tout est terminé dans deux semaines : les cas-contacts sortent de quatorzaine, aucun nouveau cas positif n’est détecté et la vie reviens à la normale, avec cependant plus de vigilance et d’inquiétude qu’auparavant.

Scénario 2 : tout se termine bien mais moins vite

Dans ce scénario, nous découvrons d’ici 2 semaines, début février donc, de nouveaux cas à l’issue des quatorzaines et du temps d’incubation du virus. Une nouvelle liste de cas-contacts est établie ; les mesures de précaution, de télétravail, de fermeture d’établissements divers sont maintenues pour encore quelques semaines.

Quelles conséquences pour ma mission ?

Le problème, c’est que contrairement à beaucoup de mes collègues chercheurs dans d’autres disciplines, je ne travaille pas à partir d’échantillons, d’objets ou d’animaux à analyser. Mon matériau, ce sont les gens, les habitants de l’archipel. Durant mon séjour à SPM, je devais faire des ateliers en petits groupes (entre 4 à 10 personnes), avec la population et divers acteurs professionnels. Si je ne peux pas les voir, je me retrouve bloquée, je ne peux plus recueillir de données.

Si le scénario 1 se produit, cela signifie que pendant 2-3 semaines je ne pourrais voir personne. Les salles permettant d’accueillir mes ateliers seront fermées et tant que le risque d’épidémie sera présent, les habitants comme les acteurs du territoire seront réticents à participer à des événements rassemblant du monde. Je les comprends. Le problème, c’est qu’à l’issue de ces 2-3 semaines où il faudra bien que je m’occupe par ailleurs, il est très possible que j’ai du mal à mobiliser les habitants et les acteurs de territoire sur le sujet de l’adaptation au changement climatique, alors que les inquiétudes persisteront au sujet d’une épidémie possible.

Et le scénario 2 est encore pire, puisqu’il faudra alors plutôt compter 3-4 semaines, voire plus avant que la situation ne revienne vraiment à la normale. La majorité de ma mission sur l’archipel consisterai alors à attendre que la situation s’améliore. Et pendant tout ce temps, je ne pourrais pas voir grand monde.

Le problème ne provient donc pas tant du virus lui-même, mais de ses conséquences sur la vie quotidienne et sur les esprits.

Rapatriement et nouvelles formes de recherches

Aujourd’hui, même si la situation n’empire pas, je ne peux pas mener ma mission dans de bonnes conditions et recueillir les données dont j’ai besoin.

D’où la décision de mes laboratoires de recherche, le BRGM (Bureau de Recherches Géologiques et Minières) et le CNRS (Centre National de Recherche Scientifique), de me rapatrier.

C’est fort dommage et, pour de nombreuses raisons, je regrette cette situation. Pourtant, au regard de ma mission professionnelle, c’est le plus raisonnable.

Tout espoir n’est pas perdu, et j’espère pouvoir revenir sur l’archipel. Cependant, cette expérience m’enseigne qu’il ne faut pas compter uniquement sur du présentiel. Je réfléchis donc à de nouveaux moyens de recueillir mes données.

Jusqu’ici, j’avais assez peu réfléchi au recueil de données à distance, à travers des visioconférences par exemple, considérant que je pourrais venir sur le territoire et avoir des données de première main. Je pense désormais qu’il me faudra malgré tout m’appuyer sur ces méthodes.

Plusieurs idées me sont venues pour maintenir un lien avec les habitants et avec le territoire, au sujet de l’adaptation au changement climatique. Je vous tiendrais au courant dans les prochaines semaines sur les réseaux sociaux ou via ce blog.

D’ici là, bon courage à tous.

Et SPM aux Îles 2019 ?

Saint-Pierre-et-Miquelon était bien présent au Colloques Îles 2019 organisé à Brest en octobre. Une vingtaine de chercheurs, équipes de chercheurs, étudiants, personnalités et particuliers ont mis en valeur leur travaux sur SPM, dans différentes disciplines.

Dans mon cas, c’était ma première communication sur mon travail de thèse sur l’adaptation au changement climatique à SPM. J’ai participé à une table ronde dont le thème était l’archipel en général et animé par l’économiste brestois Yves-Marie Paulet. Nous étions 4 chercheurs à présenter (très) rapidement nos travaux :

  • Yves Leroy a retracé un rapide historique économique et géopolitique de l’archipel ;
  • Christian Fleury s’est intéressé à la notion d’archipel-frontière, appliqué à l’archipel : deux cultures, française et américaine, lieu de brassage de population, etc ;
  • Pascal Le Floch a présenté le projet de recherche Atlant’Îles et leurs premiers résultats. Ce projet s’intéresse à l’économie de la pêche à SPM depuis 1 an et demi. Des études ont été réalisées sur la pêche artisanale, les produits pêchés, consommées et exploités, à travers des questionnaires, des entretiens avec les acteurs de la pêche, etc. L’équipe a aussi présenté un poster (ci-dessous).
  • Moi-même, Xénia Philippenko : je suis intervenu sur le changement climatique à SPM, rappelant les différentes conséquences que cela pourrait avoir, et en me concentrant ensuite plus particulièrement sur les risques littoraux et l’élévation du niveau de la mer. J’ai pu ainsi présenter de manière très succincte les tous premiers résultats de mon enquête auprès de la population de cet été.

Suite à ces présentations, 4 « grands témoins » ont présenté leur vision de l’archipel, de son avenir, de ses évolutions : Karine Claireaux, maire de Saint-Pierre ; Caroline Le Bossuet, attaché parlementaire du député ; Alexis Gloagen, écrivain ayant longtemps vécu à SPM ; Gilles Poirier, pêcheur artisanal et engagé dans la vie culturelle de l’île.

Le poster de l’équipe Atlant’Îles, Université de Brest.

Saint-Pierre-et-Miquelon s’est fait remarquer au colloque aussi grâce aux dessins humoristiques (ci-dessous), du dessinateur Nono qui a assisté à la table ronde, et l’un des dessins porte sur ma thèse, à mon grand plaisir.

Dessin humoristique sur mon enquête auprès de la population. Auteur : Nono

Vous pouvez retrouver certains de ces dessins sur la page Facebook du colloque : https://www.facebook.com/iles2019

CR – Colloques Îles 2019

Ces « bouts de terre », ces « cailloux entourés d’eau », voilà des expressions qui reviennent souvent lorsqu’on parle des îles.

Mais au fait, qui parle des îles ? Et à quel sujet ? C’était justement le thème d’un colloque dédié aux Îles du 14 au 18 octobre 2019 à Brest.

L’objectif, illustré par le sous-titre « Les îles à la croisée des sciences, des cultures et des sociétés », était de rassembler des scientifiques de disciplines différentes, de présenter des îles variées aux quatre coins du monde et de réunir des publics divers.

Ce colloque a ainsi permis de présenter des travaux sur les sociétés insulaires d’un point de vue économique, littéraire, anthropologique, environnemental. Les communications scientifiques ont abordé des sujets aussi variés que la création artistique insulaire, les problématiques de transports et d’enclavement territorial, de manière de vivre et d’habiter, de protection identitaire ou environnementale, mais aussi de pratiques innovantes, d’initiatives locales exemplaires ou problématiques.

Cinq mots ont servi de fil conducteur : créer, relier, protéger, habiter, innover. La question sous-jacente était celle de l’existence d’une « spécificité insulaire », d’une manière particulière d’exister et qui serait insulaire.

Ce colloque a donc produit dans mon esprit plus de questions que de réponses : est-ce que le milieu insulaire transforme la vision que l’on se fait du monde ? Il est vrai qu’on décrit souvent des îles par des couples antonymiques : « continuités/discontinuités », « ouverture/fermeture », « innovation/traditions », « création/répétition », « patrimonialisation/dégradation », « pauvre/riche », « déprise/croissance », « local/global ». Ce n’est pas si étonnant lorsqu’on se rappelle que, dans une île, par nature, les hommes se divisent en deux catégories : les insulaires et les continentaux.

Le mot « relier » vu par Nono. Source : page Facebook du Colloque Îles 2019

C’est donc finalement la relation entre l’île comme espace limité, circonscrit, et le monde extérieur illimité qui est à chaque fois questionnée, interrogée et renouvelée. Comment l’île transforme-t-elle le monde et comment le monde transforme-t-il les îles ? Le regard historique montre bien les évolutions des espaces insulaires en parallèle des grands changements mondiaux : que cela concerne les transports, les technologies, les activités économiques, les religions, on constate à chaque fois que l’île ne fonctionne pas en vase-clos, n’est pas isolée du reste du monde. Elle peut développer des formes particulières, mais qui se rattacheront toujours un ensemble spatial ou social plus vaste que le périmètre de l’île.

Mais en quoi une île peut-elle influencer le monde ? La première porte qui s’ouvre pour répondre à cette question, c’est celle de l’imagination. L’île, lieu utopique par excellence. L’île imaginée, ressentie, rêvée, sacralisée, idéalisée, à la fois par les insulaires et les continentaux. Les îles abondent dans les arts et la philosophie : celle de Peter Pan, de Stevenson, de Robinson Crusöe, de Jules Vernes, mais aussi toutes les îles sur la route d’Ulysse, l’île Utopia de Thomas Moore, l’Atlantide de Platon et tous les moments insulaires transcrits par les peintres. L’île devient alors espace philosophique et social par excellence, espace d’éducation, de création, d’enquête et de tentative.

Ces tentatives sont parfois très concrètes : qui n’a jamais entendu parler de ces originaux qui tentent leur chance sur une île pour y tester leur bonne idée ? Qui n’a jamais entendu parler d’une initiative insulaire qu’il faudrait mettre en place partout ? Cette capacité d’innovation est nécessaire à l’insularité : les limites intrinsèques des îles exigent d’elles qu’elles se penchent par nécessité sur tous les sujets et sur des problématiques qui se posent à elles plus rapidement parfois que dans d’autres territoires. On peut penser aux atolls du Pacifique face au changement climatique, mais qu’il s’agisse aussi de transition énergétique, de mobilité, de précarité sanitaire, d’économie sociale et solidaire, de développement alternatif, de cultures locales, de techniques innovantes face aux risques, les îles sont sur tous les fronts.

Les îles, laboratoires scientifiques ? C’est une idée qui revient souvent, et sur laquelle beaucoup ont écrit. Certains y voient une opportunité, d’autres une illusion. Il est certain que le changement, en bien ou en moins bien, peut se faire plus rapidement sur une île que sur le continent : mobiliser les ressources humaines et matérielles est plus rapide, mais les moyens disponibles ne sont cependant pas toujours équivalents.

Les îles et les chercheurs vu par Nono. Source : page Facebook du colloque Îles 2019

Bref, ce colloque a été l’occasion pour moi d’approfondir cette notion d’insularité et de découvrir des projets de recherches intéressants, inspirants, y compris pour ma thèse et pour SPM, et certains ouvrages et références consacrés aux îles viendront alimenter mon travail de recherche.

Enfin, pour l’anecdote : le colloque était suivi par Nono, dessinateur humoristique breton. De nombreux dessins (comme ceux qui illustrent cet article) ont décoré les salles de conférences, donnant un regard extérieur critique sur les problématiques des insulaires, mais aussi celles des scientifiques. Et cela est toujours bon de rire de soi et se questionner.

Ici le lien du colloque et de la page Facebook :

Et pour aller plus loin sur la nissologie (science des îles) et les îles :

On parle de nous sur France Culture !

Saint-Pierre-et-Miquelon sur les ondes, ce n’est pas que sur SPM la 1ère, c’est aussi en métropole et sur France Culture !

Pour ceux qui ne le savaient pas et pour ceux qui souhaitent en savoir un peu plus sur ma thèse, voici une courte présentation (4 min) sur France Culture dans « La Recherche Montre en main », consacrée à mon sujet de thèse et à SPM, datée du 24 avril 2019.

https://www.franceculture.fr/emissions/la-recherche-montre-en-main/la-recherche-montre-en-main-du-mercredi-24-avril-2019

N’hésitez pas à partager, à commenter et me contacter si vous avez des questions.

L'adaptation au changement climatique à Saint-Pierre-et-Miquelon

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search