Chronique confinée #1 : thèse et confinement

Depuis plus d’un mois, les thésard sont confinés chez eux comme tout le monde.

Depuis plus d’un mois, les médias se penchent sur les façons de travailler en confinement dans plusieurs corps de métiers, et sur les conséquences que cela peut avoir ou a déjà. On a parlé des étudiants repartis chez les parents ou confinés dans des situations précaires (ici, ou ), des agriculteurs, des ouvriers en chômage partiel, des cadres en télétravail, des agents de magasin qui continuent à travailler. Mais on parle assez peu des thésards dans les médias ou sur les blogs/journals de recherche, et de la manière dont se passe le confinement pour eux (c’est vrai : il n’y a que 14 000 personnes/an qui deviennent docteurs, ce qui fait une moyenne de 56 000 personnes/an toutes années confondues, si on considère qu’ils font chacun 4 années de thèse, ce qui est une bonne moyenne entre ceux qui font 7 ans de doctorat et ceux qui font leurs 3 années pile...).

Alors, comment se passe le confinement lorsqu’on est thésard ? Réponse 1 : ce n’est pas évident. Réponse 2 : de toute façon, on n’a pas le choix, alors il faut faire avec.

Difficile de faire rentrer tout les doctorants dans le même sac, tant les situations sont variées, mais on peut malgré tout nous diviser en deux catégories : ceux qui peuvent travailler en télétravail et ceux qui ne peuvent pas.

L’avantage, c’est qu’il y a dans mon labo les deux types de doctorants. Je sais donc comment ça se passe pour les deux types de doctorants. Il y a ceux qui, comme moi, peuvent télétravailler : nous travaillons sur des données numériques ou numérisables , facilement stockables sur disques durs et exploitables sur des licences super chers payées par nos labos. Et il y a tous ceux qui travaillent à partir d’échantillons divers : coquillages préhistoriques aux noms poétiques, carottes de vase ou de karst, extraits de pollens et d’arbres ou encore souris de laboratoire. Pour ces derniers, la situation est beaucoup plus difficile : comment avancer sur sa thèse lorsqu’il est impossible de transporter ses échantillons chez soi ? Lorsqu’on n’a pas les outils nécessaires pour faire ses analyses ? Lorsque l’entreprise qui devait les faire a fermé ?

Prochaine BD à faire : les mésaventuriers de la science confinée…
Crédit photo : Fnac.

Autre paramètre à prendre en compte dans de nombreuses disciplines : les missions sur le terrain. Elles ont bien sûr été toutes annulées ou reportées à des dates indéfinies. Je suis directement concernée : ma mission d’avril à juin au Canada, puis à Saint-Pierre-et-Miquelon a été repoussée aux calendes grecques. Difficile même de prévoir une nouvelle date, dans un contexte d’incertitude sur une 2e vague épidémique possible plus tard au cours de l’année 2020, sur les conditions de voyages à l’international et les quatorzièmes imposées. L’avantage, c’est qu’il y a un parallèle criant entre mon sujet (s’adapter à un phénomène, les effets du changement climatique, dont la date est incertaine) et la pandémie, ce qui est propice à d’intenses analyses foisonnantes. L’inconvénient, c’est que ma mission sera peut-être définitivement annulée : il me manquera alors une partie des données dont j’avais besoin, et il me faudra repenser ma thèse, ré-orienter les réflexions pour en tirer quelque chose de bien malgré tout.

Les calendriers de thèse sont modifiées, certains ne disposent pas des données dont ils ont besoin : comment travailler dans de telles conditions ? Comment avancer, parvenir à faire une bonne thèse ? La ministre a annoncé une prolongation des thèses et contrats doctoraux jusqu’à un an, lorsque cela sera nécessaire. Une bonne avancée, mais tout le monde ne sera pas forcément concerné, comme les nombreux doctorants ne disposant pas de contrats doctoraux liés à l’université ou à des organismes de recherches.

Beaucoup de doctorants, tout comme les étudiants, sont privés de ressources contenus dans les bibliothèques, fermés depuis mi-mars. Pour certains, pas de souci, tout est en ligne. C’est mon cas pour la majorité de mes références. Mais pour l’un de mes amis, chercheur en histoire médiévale, les références ou livres anciens ne sont consultables que sur place…

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est LeFP_1929-11_Séisme1-500x180.png.
Heureusement, mes documents d’archives sont pour une partie numérisés…
Ici : Extrait du Foyer Paroissial de Saint-Pierre, Novembre 1929. Source : Archives de la Collectivité de Saint-Pierre-et-Miquelon, https://www.arche-musee-et-archives.net/fr/71-presse-locale.html#c2/2

Il faut aussi rappeler que pour accéder aux références en ligne, il faut souvent payer (cher) : les labos et universités se chargent de payer le plus souvent, ce qui permet aux doctorants d’accéder à un certain nombre de revues. Dans le contexte actuel, on ne peut que plaider pour une recherche ouverte et accessible à tous (quelques réflexions intéressantes de The Conversation ici, ou ), ce qui permet d’ailleurs de la faire avancer, comme on peut le voir en direct avec le Covid-19. On peut également mentionner les licences de logiciels, souvent payantes et heureusement souvent payées par les labos mais sur les ordinateurs des labos, pas sur l’ordinateur personnel utilisé en période de confinement…

Alors, bien sûr, durant cette période, les doctorants en 1e année peuvent lire la bibliographie sur leur sujet, ils peuvent rédiger s’ils sont en 3e ou 4e année – la période est idéale, dira-t-on. Mais pour les autres, la situation se complique… Et même pour la rédaction, ce n’est pas évident : il faut ajouter à l’équation des émotions et du stress liés au confinement, l’impossibilité de voir son directeur de thèse pour discuter ou les conditions de vies qui ne sont pas propices à une rédaction paisible. Comment rédiger en effet lorsque des enfants – et oui, certains doctorants sont parents – courent dans l’appartement et réclament votre attention, lorsque votre conjoint a un « vrai » travail et que la charge de s’occuper des enfants retombe sur vous, par choix ou par nécessité ? Comment rédiger ou avancer tout court sur sa thèse, quel que soit l’année, lorsqu’à l’instar de nombreux doctorants, vous n’êtes pas payé pour faire une thèse et que vous n’avez plus de job pendant le confinement, lorsque vous vivez dans des conditions précaires ? (A ce sujet, et quel que soit votre situation, vous pouvez répondre au questionnaire suivant sur les situations de confinement des doctorants pour centraliser les demandes et faire remonter les besoins).

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est doctorante280a2es-et-docteure280a2es-confinecc81e280a2es2.png.

Car, il ne faut pas l’oublier, le doctorant est à la fois un chercheur et un étudiant, un précaire universitaire en mal de salaire et en surplus de travail, un des ces invisibles qui font tourner l’université et la recherche à distance, mais dont les conditions de vies ne sont pas toujours reluisantes.

Autre difficulté : la question des échanges, essentielle en recherche. Car la recherche, même lorsqu’on est en doctorat, est collective. Heureusement Zoom et Skype nous sauvent : les réunions permettent de maintenir des liens. Et pourtant… Tous ne sont pas logés à la même enseigne. Mon frère a un point quasi-quotidien avec son directeur. D’autres doctorants ont reçu 5 mails de leur directeur depuis le début du confinement. Je ne jette pas la pierre à tous les directeurs de thèse : les chercheurs partagent des difficultés communes avec les doctorants et ceux qui ont des charges administratives à l’Université doivent en plus gérer la « continuité pédagogique ». Mais cela n’aide pas à être efficace et à avancer.

Bref, le confinement, quand on est thésard, présente de nombreuses difficultés. Mais c’est pareil pour tous le monde et au fond, nous ne sommes pas tant à plaindre. Nous n’avons pas à faire des nuits blanches dans les hôpitaux en regardant les patients mourir comme les étudiants en médecine, nous n’avons pas peur d’être contaminés comme les agents de caisse des supermarchés.

Nous avons des ordinateurs pour travailler, des toits qui nous abritent, le soleil qui illumine nos maisons et nos journées, nos téléphones pour discuter avec nos proches, des supermarchés pleins de nourriture à proximité, des écrans pour nous divertir, des livres et des loisirs pour nous changer les idées. Mieux : on ne peut nier que cela peut aussi être une période qui peut être idéale pour prendre du recul sur sa thèse, digérer les centaines de références que nous devons avaler, rédiger sans avoir la pression des colloques à préparer par exemple, traiter les données et dossiers qui ne sont jamais prioritaires….

Certains d’entre nous sont dans des situations précaires, mais la plupart vivent le confinement comme le commun des mortels : difficile mais supportable, avec des empêchements mais aussi des opportunités.

Le déconfinement sera une autre bataille à mener : quid de la désinfection des laboratoires ? Quid de ce qui doivent prendre les transports en commun pour se déplacer ? Combien de personnes autorisées à venir dans les labos surpeuplés d’habitudes ? Comment adapter les mesures d’hygiène et de distanciation sociale lors d’expériences/réunions en équipe ? Quid des calendriers des thèses et des soutenances ?

Les labos à la fin du confinement ?
Crédit photo : Clémence Tisserand, 2018, Saint-Pierre-et-Miquelon.

Avançons à petit pas : pour l’instant, confinons, respectons les mesures d’hygiène et courage à tous !

Quelques ressources pour doctorants confinés :

  • https://www.grandlabo.com/sos-telethese-continuer-sa-these-en-plein-confinement-coronavirus/
  • https://www.grandlabo.com/tag/phdlife/
  • https://www.thesez-vous.com/enligne.html
  • https://podcloud.fr/podcast/bien-dans-ma-these

Quelques témoignages et articles :

  • https://www.ec-lyon.fr/actualites/2020/recherche-comment-adapter-au-confinement
  • https://education.newstank.fr/fr/tour/news/181024/doctorat-situations-diverses-selon-domaines-abg-accompagne-distance-v.html
  • https://www.larecherche.fr/covid-19-coronavirus-vie-de-labo/%C2%AB%C2%A0%C3%A9tudiants-et-post-doctorants-sont-inquiets%C2%A0-sur-nos-contrats

Et SPM aux Îles 2019 ?

Saint-Pierre-et-Miquelon était bien présent au Colloques Îles 2019 organisé à Brest en octobre. Une vingtaine de chercheurs, équipes de chercheurs, étudiants, personnalités et particuliers ont mis en valeur leur travaux sur SPM, dans différentes disciplines.

Dans mon cas, c’était ma première communication sur mon travail de thèse sur l’adaptation au changement climatique à SPM. J’ai participé à une table ronde dont le thème était l’archipel en général et animé par l’économiste brestois Yves-Marie Paulet. Nous étions 4 chercheurs à présenter (très) rapidement nos travaux :

  • Yves Leroy a retracé un rapide historique économique et géopolitique de l’archipel ;
  • Christian Fleury s’est intéressé à la notion d’archipel-frontière, appliqué à l’archipel : deux cultures, française et américaine, lieu de brassage de population, etc ;
  • Pascal Le Floch a présenté le projet de recherche Atlant’Îles et leurs premiers résultats. Ce projet s’intéresse à l’économie de la pêche à SPM depuis 1 an et demi. Des études ont été réalisées sur la pêche artisanale, les produits pêchés, consommées et exploités, à travers des questionnaires, des entretiens avec les acteurs de la pêche, etc. L’équipe a aussi présenté un poster (ci-dessous).
  • Moi-même, Xénia Philippenko : je suis intervenu sur le changement climatique à SPM, rappelant les différentes conséquences que cela pourrait avoir, et en me concentrant ensuite plus particulièrement sur les risques littoraux et l’élévation du niveau de la mer. J’ai pu ainsi présenter de manière très succincte les tous premiers résultats de mon enquête auprès de la population de cet été.

Suite à ces présentations, 4 « grands témoins » ont présenté leur vision de l’archipel, de son avenir, de ses évolutions : Karine Claireaux, maire de Saint-Pierre ; Caroline Le Bossuet, attaché parlementaire du député ; Alexis Gloagen, écrivain ayant longtemps vécu à SPM ; Gilles Poirier, pêcheur artisanal et engagé dans la vie culturelle de l’île.

Le poster de l’équipe Atlant’Îles, Université de Brest.

Saint-Pierre-et-Miquelon s’est fait remarquer au colloque aussi grâce aux dessins humoristiques (ci-dessous), du dessinateur Nono qui a assisté à la table ronde, et l’un des dessins porte sur ma thèse, à mon grand plaisir.

Dessin humoristique sur mon enquête auprès de la population. Auteur : Nono

Vous pouvez retrouver certains de ces dessins sur la page Facebook du colloque : https://www.facebook.com/iles2019

CR – Colloques Îles 2019

Ces « bouts de terre », ces « cailloux entourés d’eau », voilà des expressions qui reviennent souvent lorsqu’on parle des îles.

Mais au fait, qui parle des îles ? Et à quel sujet ? C’était justement le thème d’un colloque dédié aux Îles du 14 au 18 octobre 2019 à Brest.

L’objectif, illustré par le sous-titre « Les îles à la croisée des sciences, des cultures et des sociétés », était de rassembler des scientifiques de disciplines différentes, de présenter des îles variées aux quatre coins du monde et de réunir des publics divers.

Ce colloque a ainsi permis de présenter des travaux sur les sociétés insulaires d’un point de vue économique, littéraire, anthropologique, environnemental. Les communications scientifiques ont abordé des sujets aussi variés que la création artistique insulaire, les problématiques de transports et d’enclavement territorial, de manière de vivre et d’habiter, de protection identitaire ou environnementale, mais aussi de pratiques innovantes, d’initiatives locales exemplaires ou problématiques.

Cinq mots ont servi de fil conducteur : créer, relier, protéger, habiter, innover. La question sous-jacente était celle de l’existence d’une « spécificité insulaire », d’une manière particulière d’exister et qui serait insulaire.

Ce colloque a donc produit dans mon esprit plus de questions que de réponses : est-ce que le milieu insulaire transforme la vision que l’on se fait du monde ? Il est vrai qu’on décrit souvent des îles par des couples antonymiques : « continuités/discontinuités », « ouverture/fermeture », « innovation/traditions », « création/répétition », « patrimonialisation/dégradation », « pauvre/riche », « déprise/croissance », « local/global ». Ce n’est pas si étonnant lorsqu’on se rappelle que, dans une île, par nature, les hommes se divisent en deux catégories : les insulaires et les continentaux.

Le mot « relier » vu par Nono. Source : page Facebook du Colloque Îles 2019

C’est donc finalement la relation entre l’île comme espace limité, circonscrit, et le monde extérieur illimité qui est à chaque fois questionnée, interrogée et renouvelée. Comment l’île transforme-t-elle le monde et comment le monde transforme-t-il les îles ? Le regard historique montre bien les évolutions des espaces insulaires en parallèle des grands changements mondiaux : que cela concerne les transports, les technologies, les activités économiques, les religions, on constate à chaque fois que l’île ne fonctionne pas en vase-clos, n’est pas isolée du reste du monde. Elle peut développer des formes particulières, mais qui se rattacheront toujours un ensemble spatial ou social plus vaste que le périmètre de l’île.

Mais en quoi une île peut-elle influencer le monde ? La première porte qui s’ouvre pour répondre à cette question, c’est celle de l’imagination. L’île, lieu utopique par excellence. L’île imaginée, ressentie, rêvée, sacralisée, idéalisée, à la fois par les insulaires et les continentaux. Les îles abondent dans les arts et la philosophie : celle de Peter Pan, de Stevenson, de Robinson Crusöe, de Jules Vernes, mais aussi toutes les îles sur la route d’Ulysse, l’île Utopia de Thomas Moore, l’Atlantide de Platon et tous les moments insulaires transcrits par les peintres. L’île devient alors espace philosophique et social par excellence, espace d’éducation, de création, d’enquête et de tentative.

Ces tentatives sont parfois très concrètes : qui n’a jamais entendu parler de ces originaux qui tentent leur chance sur une île pour y tester leur bonne idée ? Qui n’a jamais entendu parler d’une initiative insulaire qu’il faudrait mettre en place partout ? Cette capacité d’innovation est nécessaire à l’insularité : les limites intrinsèques des îles exigent d’elles qu’elles se penchent par nécessité sur tous les sujets et sur des problématiques qui se posent à elles plus rapidement parfois que dans d’autres territoires. On peut penser aux atolls du Pacifique face au changement climatique, mais qu’il s’agisse aussi de transition énergétique, de mobilité, de précarité sanitaire, d’économie sociale et solidaire, de développement alternatif, de cultures locales, de techniques innovantes face aux risques, les îles sont sur tous les fronts.

Les îles, laboratoires scientifiques ? C’est une idée qui revient souvent, et sur laquelle beaucoup ont écrit. Certains y voient une opportunité, d’autres une illusion. Il est certain que le changement, en bien ou en moins bien, peut se faire plus rapidement sur une île que sur le continent : mobiliser les ressources humaines et matérielles est plus rapide, mais les moyens disponibles ne sont cependant pas toujours équivalents.

Les îles et les chercheurs vu par Nono. Source : page Facebook du colloque Îles 2019

Bref, ce colloque a été l’occasion pour moi d’approfondir cette notion d’insularité et de découvrir des projets de recherches intéressants, inspirants, y compris pour ma thèse et pour SPM, et certains ouvrages et références consacrés aux îles viendront alimenter mon travail de recherche.

Enfin, pour l’anecdote : le colloque était suivi par Nono, dessinateur humoristique breton. De nombreux dessins (comme ceux qui illustrent cet article) ont décoré les salles de conférences, donnant un regard extérieur critique sur les problématiques des insulaires, mais aussi celles des scientifiques. Et cela est toujours bon de rire de soi et se questionner.

Ici le lien du colloque et de la page Facebook :

Et pour aller plus loin sur la nissologie (science des îles) et les îles :

On parle de nous sur France Culture !

Saint-Pierre-et-Miquelon sur les ondes, ce n’est pas que sur SPM la 1ère, c’est aussi en métropole et sur France Culture !

Pour ceux qui ne le savaient pas et pour ceux qui souhaitent en savoir un peu plus sur ma thèse, voici une courte présentation (4 min) sur France Culture dans « La Recherche Montre en main », consacrée à mon sujet de thèse et à SPM, datée du 24 avril 2019.

https://www.franceculture.fr/emissions/la-recherche-montre-en-main/la-recherche-montre-en-main-du-mercredi-24-avril-2019

N’hésitez pas à partager, à commenter et me contacter si vous avez des questions.

L'adaptation au changement climatique à Saint-Pierre-et-Miquelon

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search