CR – Colloques Îles 2019

Ces « bouts de terre », ces « cailloux entourés d’eau », voilà des expressions qui reviennent souvent lorsqu’on parle des îles.

Mais au fait, qui parle des îles ? Et à quel sujet ? C’était justement le thème d’un colloque dédié aux Îles du 14 au 18 octobre 2019 à Brest.

L’objectif, illustré par le sous-titre « Les îles à la croisée des sciences, des cultures et des sociétés », était de rassembler des scientifiques de disciplines différentes, de présenter des îles variées aux quatre coins du monde et de réunir des publics divers.

Ce colloque a ainsi permis de présenter des travaux sur les sociétés insulaires d’un point de vue économique, littéraire, anthropologique, environnemental. Les communications scientifiques ont abordé des sujets aussi variés que la création artistique insulaire, les problématiques de transports et d’enclavement territorial, de manière de vivre et d’habiter, de protection identitaire ou environnementale, mais aussi de pratiques innovantes, d’initiatives locales exemplaires ou problématiques.

Cinq mots ont servi de fil conducteur : créer, relier, protéger, habiter, innover. La question sous-jacente était celle de l’existence d’une « spécificité insulaire », d’une manière particulière d’exister et qui serait insulaire.

Ce colloque a donc produit dans mon esprit plus de questions que de réponses : est-ce que le milieu insulaire transforme la vision que l’on se fait du monde ? Il est vrai qu’on décrit souvent des îles par des couples antonymiques : « continuités/discontinuités », « ouverture/fermeture », « innovation/traditions », « création/répétition », « patrimonialisation/dégradation », « pauvre/riche », « déprise/croissance », « local/global ». Ce n’est pas si étonnant lorsqu’on se rappelle que, dans une île, par nature, les hommes se divisent en deux catégories : les insulaires et les continentaux.

Le mot « relier » vu par Nono. Source : page Facebook du Colloque Îles 2019

C’est donc finalement la relation entre l’île comme espace limité, circonscrit, et le monde extérieur illimité qui est à chaque fois questionnée, interrogée et renouvelée. Comment l’île transforme-t-elle le monde et comment le monde transforme-t-il les îles ? Le regard historique montre bien les évolutions des espaces insulaires en parallèle des grands changements mondiaux : que cela concerne les transports, les technologies, les activités économiques, les religions, on constate à chaque fois que l’île ne fonctionne pas en vase-clos, n’est pas isolée du reste du monde. Elle peut développer des formes particulières, mais qui se rattacheront toujours un ensemble spatial ou social plus vaste que le périmètre de l’île.

Mais en quoi une île peut-elle influencer le monde ? La première porte qui s’ouvre pour répondre à cette question, c’est celle de l’imagination. L’île, lieu utopique par excellence. L’île imaginée, ressentie, rêvée, sacralisée, idéalisée, à la fois par les insulaires et les continentaux. Les îles abondent dans les arts et la philosophie : celle de Peter Pan, de Stevenson, de Robinson Crusöe, de Jules Vernes, mais aussi toutes les îles sur la route d’Ulysse, l’île Utopia de Thomas Moore, l’Atlantide de Platon et tous les moments insulaires transcrits par les peintres. L’île devient alors espace philosophique et social par excellence, espace d’éducation, de création, d’enquête et de tentative.

Ces tentatives sont parfois très concrètes : qui n’a jamais entendu parler de ces originaux qui tentent leur chance sur une île pour y tester leur bonne idée ? Qui n’a jamais entendu parler d’une initiative insulaire qu’il faudrait mettre en place partout ? Cette capacité d’innovation est nécessaire à l’insularité : les limites intrinsèques des îles exigent d’elles qu’elles se penchent par nécessité sur tous les sujets et sur des problématiques qui se posent à elles plus rapidement parfois que dans d’autres territoires. On peut penser aux atolls du Pacifique face au changement climatique, mais qu’il s’agisse aussi de transition énergétique, de mobilité, de précarité sanitaire, d’économie sociale et solidaire, de développement alternatif, de cultures locales, de techniques innovantes face aux risques, les îles sont sur tous les fronts.

Les îles, laboratoires scientifiques ? C’est une idée qui revient souvent, et sur laquelle beaucoup ont écrit. Certains y voient une opportunité, d’autres une illusion. Il est certain que le changement, en bien ou en moins bien, peut se faire plus rapidement sur une île que sur le continent : mobiliser les ressources humaines et matérielles est plus rapide, mais les moyens disponibles ne sont cependant pas toujours équivalents.

Les îles et les chercheurs vu par Nono. Source : page Facebook du colloque Îles 2019

Bref, ce colloque a été l’occasion pour moi d’approfondir cette notion d’insularité et de découvrir des projets de recherches intéressants, inspirants, y compris pour ma thèse et pour SPM, et certains ouvrages et références consacrés aux îles viendront alimenter mon travail de recherche.

Enfin, pour l’anecdote : le colloque était suivi par Nono, dessinateur humoristique breton. De nombreux dessins (comme ceux qui illustrent cet article) ont décoré les salles de conférences, donnant un regard extérieur critique sur les problématiques des insulaires, mais aussi celles des scientifiques. Et cela est toujours bon de rire de soi et se questionner.

Ici le lien du colloque et de la page Facebook :

Et pour aller plus loin sur la nissologie (science des îles) et les îles :


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.