Cluster Covid à SPM : pourquoi un rapatriement ?

Après un report, des semaines de discussions et de préparation, j’ai enfin pu, le 16 janvier, revenir sur l’archipel pour une nouvelle mission dans le cadre de ma thèse.

Pour rappel, ma thèse porte sur l’adaptation au aux effets du changement climatique sur les risques littoraux. Je m’intéresse à l’aspect sociétal de l’adaptation, à la capacité d’adaptation de la population et des institutions. Une thèse avec un prisme très social donc.

Covid et mission ne font pas bon ménage

Mais samedi 23 janvier a été découvert un cluster covid à Saint-Pierre-et-Miquelon. Dimanche, de nouveaux cas positifs ont été détecté et le nombre de cas-contacts a augmenté. Lundi, le taux d’absentéisme dans les établissement scolaires a explosé et la Collectivité Territoriale a décidé de fermer les salles accueillant du public et de mettre ses agents en télétravail pour une semaine.

Source : SPM la 1ère, le 24 janvier 2021

Aujourd’hui, tout le monde sur l’archipel est inquiet des retombées possibles de ce cluster. La population a spontanément adopté des mesures relativement contraignantes pour tenter d’éviter cette situation.

Aujourd’hui, il me semble qu’il y a deux scénarios. Dans les deux cas, je considère que malgré tout, la situation restera sous contrôle et qu’aucun cas grave ne se présentera sur l’archipel.

Scénario 1 : tout se termine vite et bien

Grâce aux mesures adoptées par la population, à la campagne de tests massive, aux mesures préfectorales, le virus est contenu et tout est terminé dans deux semaines : les cas-contacts sortent de quatorzaine, aucun nouveau cas positif n’est détecté et la vie reviens à la normale, avec cependant plus de vigilance et d’inquiétude qu’auparavant.

Scénario 2 : tout se termine bien mais moins vite

Dans ce scénario, nous découvrons d’ici 2 semaines, début février donc, de nouveaux cas à l’issue des quatorzaines et du temps d’incubation du virus. Une nouvelle liste de cas-contacts est établie ; les mesures de précaution, de télétravail, de fermeture d’établissements divers sont maintenues pour encore quelques semaines.

Quelles conséquences pour ma mission ?

Le problème, c’est que contrairement à beaucoup de mes collègues chercheurs dans d’autres disciplines, je ne travaille pas à partir d’échantillons, d’objets ou d’animaux à analyser. Mon matériau, ce sont les gens, les habitants de l’archipel. Durant mon séjour à SPM, je devais faire des ateliers en petits groupes (entre 4 à 10 personnes), avec la population et divers acteurs professionnels. Si je ne peux pas les voir, je me retrouve bloquée, je ne peux plus recueillir de données.

Si le scénario 1 se produit, cela signifie que pendant 2-3 semaines je ne pourrais voir personne. Les salles permettant d’accueillir mes ateliers seront fermées et tant que le risque d’épidémie sera présent, les habitants comme les acteurs du territoire seront réticents à participer à des événements rassemblant du monde. Je les comprends. Le problème, c’est qu’à l’issue de ces 2-3 semaines où il faudra bien que je m’occupe par ailleurs, il est très possible que j’ai du mal à mobiliser les habitants et les acteurs de territoire sur le sujet de l’adaptation au changement climatique, alors que les inquiétudes persisteront au sujet d’une épidémie possible.

Et le scénario 2 est encore pire, puisqu’il faudra alors plutôt compter 3-4 semaines, voire plus avant que la situation ne revienne vraiment à la normale. La majorité de ma mission sur l’archipel consisterai alors à attendre que la situation s’améliore. Et pendant tout ce temps, je ne pourrais pas voir grand monde.

Le problème ne provient donc pas tant du virus lui-même, mais de ses conséquences sur la vie quotidienne et sur les esprits.

Rapatriement et nouvelles formes de recherches

Aujourd’hui, même si la situation n’empire pas, je ne peux pas mener ma mission dans de bonnes conditions et recueillir les données dont j’ai besoin.

D’où la décision de mes laboratoires de recherche, le BRGM (Bureau de Recherches Géologiques et Minières) et le CNRS (Centre National de Recherche Scientifique), de me rapatrier.

C’est fort dommage et, pour de nombreuses raisons, je regrette cette situation. Pourtant, au regard de ma mission professionnelle, c’est le plus raisonnable.

Tout espoir n’est pas perdu, et j’espère pouvoir revenir sur l’archipel. Cependant, cette expérience m’enseigne qu’il ne faut pas compter uniquement sur du présentiel. Je réfléchis donc à de nouveaux moyens de recueillir mes données.

Jusqu’ici, j’avais assez peu réfléchi au recueil de données à distance, à travers des visioconférences par exemple, considérant que je pourrais venir sur le territoire et avoir des données de première main. Je pense désormais qu’il me faudra malgré tout m’appuyer sur ces méthodes.

Plusieurs idées me sont venues pour maintenir un lien avec les habitants et avec le territoire, au sujet de l’adaptation au changement climatique. Je vous tiendrais au courant dans les prochaines semaines sur les réseaux sociaux ou via ce blog.

D’ici là, bon courage à tous.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.